A l’heure de la transition énergétique et de l’obsolescence programmée, les réponses institutionnelles aux attentes de la société civile se font de plus en plus attendre. Pour pallier ce manque, des citoyens s’organisent pour subvenir eux-mêmes à leurs propres besoins énergétiques. Alimentée par les nombreuses ressources Open Source et avec l’aide de nouveaux outils collaboratifs, Anne-Charlotte vous raconte comment elle a entrepris la rénovation de sa maison familiale.

Eoliennes aux Etats-Unis – Crédit photo : JasonC en CC

Mon chauffe-eau électrique est tombé en panne. Après tant d’années de fidèles services, l’engin métallique a rendu son dernier Watt. Comme tout le monde, j’ai appelé un réparateur. Le diagnostic était sans appel : il fallait le jeter et le remplacer. Face à mon incapacité à le sauver, j’ai éprouvé une certaine difficulté à me résigner. Quelques recherches internet plus tard, j’apprenais qu’il était possible de monter son propre chauffe-eau solaire et ainsi devenir en partie autonome énergétiquement.

Je décide alors de prendre les choses en main et me lance dans ma propre production d’énergie. Et il semblerait que je ne sois pas la seule à avoir eu cette idée. Depuis une dizaine d’années, de nombreuses plateformes d’information et de guides de construction se sont créés pour rendre l’autonomie énergétique à la portée de tous. Grâce à elles, je me documente pour fabriquer moi-même une maison autonome en énergie. Je découvre même que tout cela est possible avec un investissement très réduit grâce à l’Open Source citoyen et l’économie collaborative.

cela est possible avec un investissement très réduit grâce à l’Open Source citoyen et l’économie collaborative

Le site habitation autonome propose notamment une centaine d’exemples de maisons à énergie positive. Au fur et à mesure de mes lectures, je me mets à imaginer la maison de mes rêves : une installation solaire thermique pour l’eau chaude, un poêle de masse pour le chauffage et un rocket stove pour la cuisson. La plateforme APPER se charge de rendre ce rêve à portée de mon portefeuille en mettant en place des groupements d’achat qui permettent de tirer les prix vers le bas. Par exemple, l’installation d’un chauffe-eau solaire, qui alimente les besoins en eau chaude d’une famille de 4 personnes, en l’occurrence en Normandie, pourrait être rentabilisée en 3 ans seulement grâce aux économies réalisées sur la facture d’électricité.

Pour parachever mon autonomie énergétique, il me fallait encore repenser mon accès à l’électricité. Je découvre alors le guide en libre accès construire son éolienne. Ayant toujours préféré le learning by doing, je décide de m’inscrire à une formation permettant d’en fabriquer une soi-même. La plateforme Tripallium rassemble en effet différents stages de fabrication. Pour un coût de 2 000 €, je pourrai monter ma propre éolienne et obtenir un retour sur investissement en 10 ans, grâce à l’électricité ainsi générée. Les coûts de maintenance sont restreints, car il est possible de n’utiliser que des pièces de récupération ou issues d’une imprimante 3D.

le domicile de mes parents est aujourd’hui deux fois plus économe en énergie

Au bout du compte, et grâce à un peu d’huile de coude, le domicile de mes parents est aujourd’hui deux fois plus économe en énergie. Nous disposons même à présent de suffisamment de connaissance pour en assurer la maintenance sans faire appel à des artisans. Non contente de ce succès, je travaille aujourd’hui au développement de projets similaires dans des villages isolés du Pérou, où j’ai déjà effectué un voyage. Si j’avais su où m’emmènerait une simple panne de chauffe-eau…

One thought on “Devenir autonome en énergie grâce à l’Open Source et le collaboratif

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *