Un homme regarde à travers une fenêtre. Xi'An, Chine.
Un homme regarde à travers une fenêtre. Xi’An, Chine.
Crédit photo : Jonathan Kos-Read en cc.

 

Les coupables faciles, c’est quand même pratique. Ca repose l’esprit et en plus, ça déculpabilise. Ces dernières années, les médias aiment à reporter les faits alarmants se produisant en ce moment dans les nouvelles mégalopoles chinoises. Ces événements sont évidement dramatiques. Mais si les propos tenus sont relativement objectifs, ils alimentent, qu’ils ne le souhaitent ou non, un « Chine bashing » ambiant devenu très populaire. Tout ceci manque cruellement de mise en perspective. Voici quelques faits rarement relatés :

La pollution en Chine c’est aussi (un peu) la notre

Bonne partie de la pollution chinoise provient de son activité industrielle1. Or les débouchés de l’industrie chinoise sont loins de se limiter à son marché intérieur. Au contraire, tout le monde le sait, la Chine inonde la planète de ses biens manufacturés. En un demi siècle, elle est devenue l’usine du monde. Mais alors, si la Chine produit les biens que NOUS consommons, à qui la faute ? La réponse dépend essentiellement de la nationalité de la personne à qui vous poserez la question. En revanche, le Réseau Action Climat estime que les exportations chinoises vers le reste du monde pèsent pour plus d’un tiers des émissions de CO2 du pays2.

La Chine peut (aussi) être à la pointe de la lutte contre la pollution

Vous l’ignorer sans doute, mais les voitures diesel sont interdites en Chine. Pour quelle raison ? Et bien parce que le diesel émet des particules fines extrêmement nocives pour la santé. Le pot catalytique, si souvent vanté en France, n’y change pas grand chose. Au contraire, il aggrave la situation en diminuant la taille des particules fines, qui passe de 10 à 2,5 μm (les fameuses PM 2.5). La finesse des PM 2.5 est telle, qu’elle leur permet de pénétrer encore plus profondément dans vos bronches, et donc, d’être encore plus nocives. Si vous ne me croyez pas, et bien pourquoi l’OMS aurait-il classé les gaz d’échappement des moteurs diesels dans sa liste des cancérigènes de type 1 ?3 Et oui, la Chine avait raison sur ce coup là. Pas convaincus ? Allez donc voir , et .

La pollution est un passage (presque) obligé de l’industrialisation

Souvenez vous des années 50. La ville de Londres a vécu une des pires catastrophes environnementales jamais connues. Lors du mois de décembre 1953, alors que l’industrialisation battait son plein, l’utilisation de charbon comme combustible de chauffage et pour la génération d’électricité a atteint des niveaux records. Un épais brouillard chargé en souffre s’est alors formé autour de la ville. Résultat, en moins de 5 jours, le smog aurait tué plus de 12 000 personnes et en aurait rendu malade 100 0004. Mais alors, la Chine ne ferait-elle pas que de traverser un épisode que nous avons nous-même connu soixante ans plus tôt ?

 

Si après avoir lu tout ça, vous en avez marre de taper sur les chinois

Ne vous en faites pas. Dans le registre du bashing arbitraire, il y a l’embarra du choix. Dernière pépite en date : le Russie Bashing. Avec les JO de Sotchi. Même les plus fervents opposants aux régimes de Poutine, comme le joueur d’échec Youri Gazparov, étaient effarés de certaines pratiques journalistiques. Dans la recherche du scoop, tout devient prétexte à la critique : les poignées de portes manquantes, wifi peu performant, … Russe ou chinois, même combat !

Si, au contraire, vous en redemandez

Et bien voici, la non-info la plus repartagée de toute l’année : la Chine ne diffuse pas de lever de soleil sur des écrans géants de la place Tiananmen pour faire oublier la pollution. Aucuns intérêts me direz-vous si cela n’a jamais eu lieu. Et pourtant un article relatant ce non-fait a enregistré plus de 5000 partages sur LeMonde.fr5. Comme quoi, surfer sur les idées reçues (même avec une info inexistante), ça fait vendre ! Bon, allez… Comme vous insistez… Mais c’est juste pour rire !

  1. Environ la moitié de la pollution des villes chinoises provient de son activité industrielle – LeMonde.fr []
  2. Voir étude du RAC p. 27 []
  3. L’info date de 2012 – LeMonde.fr []
  4. Wikipédia []
  5. LeMonde.fr []

One thought on “Pollution en Chine : ce que l’on ne vous dit (généralement) pas

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *