e-cigarette
Crédit photo : A.Currellcc

Nombreux sont ceux qui admirent Steve Jobs pour ses joujoux addictifs et bourrés de terres rares. Et bien moi, ma nouvelle marotte, c’est la cigarette électronique. Sa paternité reste encore incertaine et il ne sera sans doute jamais possible de la personnifier. Cependant, il y a dans ce tube qui clignote quand on l’allume quelque chose qui me fascine au plus haut point. Quelques années plus tôt, il m’arrivait souvent de rire aux éclats, quand on trouvait encore dans Paris Boom Boom des annonces pour cette nouvelle forme de tabagisme. Aujourd’hui elle m’a conquis. Je m’explique.

La e-cigarette est un cas d’école d’une innovation de rupture qui marche. Personne n’y croyait. Or maintenant, elle est partout. Et franchement, il fallait y aller pour oser se promener avec un engin pareil à ses débuts. Mais quand le gain d’usage est de taille, le consommateur ne se trompe pas. Plus pratique, plus économique, moins gênante pour l’entourage, autorisée en tout lieux : la e-cigarette a de nombreux avantages. Les industriels du tabac n’ont rien vu venir. Les magasins qui ont poussés comme des champignons en témoignent largement. Même la Commission Européenne, qui s’est récemment penchée sur ce cas, a prononcé un verdict sans appel : les vapoteurs resteront en vente libre. Le succès est fulgurant.

Mais le véritable argument massue qui fait de la cigarette électronique l’invention de la décennie réside dans son impact positif, et plus que significatif, sur la santé publique. Le Dr. Bertrand Dautzenberg, pneumologue à la Pitié-Salpêtrière et président de de l’Office français de prévention du tabagisme, expliquait il y a quelques jours dans le journal Le Monde1 que le vapotage est entre 100 et 1000 fois moins nocif que le tabagisme classique. Et pour cause, la «e-vapeur» ne contient ni monoxyde de carbone, ni particules, ni de cancérogènes. Soit, il persiste des incertitudes à son égard, mais quand vous pouvez réduire les effets néfastes d’un coupe gorge comme le tabac de deux ou trois ordres de grandeurs, et bien vous obtenez une «killer app» qui a, et mérite, un succès planétaire.

 

Si vous me prenez pour un fou

Et bien sachez que la e-cigarette a le potentiel de sauver plus de vie que pourrait en avoir le vaccin contre le sida. Avec plus de 6 millions de morts par an2, le tabac est bien plus meurtrier que le VIH et ses «tout juste» 1,8 millions de morts par an3. En fait, la cigarette électronique s’attaque à un des plus grands maux de la santé publique mondiale. Elle a la capacité d’apporter plus de bénéfices pour notre génération que beaucoup d’autres inventions des dix dernières années. Il n’y a aucun remède miracle pour arrêter le tabac mais en détourner les consommateurs est maintenant devenu possible.

Si vous êtes en parfait accord avec moi

Et bien, vous ne devriez pas croire le premier charlatan qui vous promet la lune. La cigarette électronique a des bénéfices certains qui en font une invention aux vrais vertus pour la santé publique. Mais comme toutes les bonnes choses, il faut les encadrer. Là où la e-cigarette constitue un changement positif pour un fumeur, il n’en est absolument pas le cas un pour un non-fumeur. Son attractivité auprès des jeunes doit absolument être combattue et contrôlée. Les usages détournés pour l’administration de stupéfiants sont un autre danger de taille. Tout n’est donc pas rose. Si l’engouement doit être encouragé, il doit aussi, à tout prix, être accompagné de restrictions et de mesures adaptées.
  1. http://www.lemonde.fr/sante/article/2013/10/07/e-cigarette-il-n-y-a-aucun-remede-miracle-pour-arreter-le-tabac_3491453_1651302.html []
  2. Source OMS, http://www.who.int/mediacentre/factsheets/fs339/fr/ []
  3. Source OMS, http://www.who.int/mediacentre/factsheets/fs360/fr/index.html []

5 thoughts on “La e-cigarette : plus belle invention de la décennie

  1. Innovation de rupture avec des effets connexes à signaler qui vont dans le mauvais sens.

    Ironie de l’histoire, la baisse de la vente en volume (-4,5/ en 2012 et -8% en 2013) sur du tabac entraine une baisse de 1,2% des taxes. Or ces taxes alimentent la sécurité sociale. Comment combler ce manque à gagner ? Taxer les e-cigarettes ?

    le coeur de la e-cigarette, c’est sa batterie. Quid du recyclage ? Rien n’est prévu… Les métaux lourds vont polluer un peu plus les sols. Taxer les e-cigarettes ?

    A ce rythme, la cigarette va redevenir rentable

  2. Je pense que l’essentiel;il faudrait surtout raisonner sur le nombre de vie sauvé. Effectivement, il va y avoir des impacts sur la situation fiscale, nous avons des spécialistes qui devront trouver des solutions sur ce point. D’autant plus qu’avec l’évolution constante de la technologie, nos techniciens vont trouver sous peu une meilleure alternative pour l’amélioration de ces batteries.Étant des produits qui ont la côte en ce moment,constituant une parfaite vache à lait commerciale pour les producteurs, ces derniers vont s’en donner à coeur joie pour financer les recherches quant à l’amélioration de ces produits.

  3. J’ai d’abord cru à une blague… mais non, c’est sincère !

    Le problème avec les « réformettes » comme l’est la e-cigarette pour inciter, en croisant les doigts, les fumeurs à un jour arrêter de fumer, eh bien est le suivant :
    de même que « la nature a horreur du vide », les choses et les idées vont toujours, de proche en proche, vers plus de cohérence (mais pas forcément vers un mieux-disant !) ;
    or dès lors que l’on s’aperçoit que cette cohérence (plus précisément ce à quoi nous a mené cette ‘cohérence’) ne correspond pas à ‘nos’ valeurs (aux valeurs de la société, du pays en question, du collectif …), si l’on n’opère pas une rupture pour dire « on ne veut pas de ça, on a fait fausse route dès le départ, on change d’optique », mais qu’au lieu de cela l’on opère une « réformette », alors on court le risque de laisser en place cette « réformette » car alors il ne sera plus flagrant qu’elle est néfaste, qu’elle n’est pas conforme aux valeurs que l’on se donne.

    Je soulève ici le problème intrinsèque que pose « la réforme » telle qu’on l’a connu jusqu’à maintenant, qui n’est que « réformettes », alors qu’au moins parfois, il faudrait changer d’optique… (en faisant par exemple littéralement des « reformes »).
    Encore faut-il avoir des valeurs, et déjà à titre personnel être clair avec soi-même, en les défendant.

  4. Merci Yvain pour votre commentaire.

    Ne vous en déplaise, je me permets de confirmer ma position : la cigarette électronique est sans doute une des inventions qui sauvera le plus de vie dans les années à venir.

    Je pense que dans cette histoire, il faut aller au delà des apparences. Oui, une addiction est remplacée par une autre. Mais la nouvelle est entre « 100 et 1000 fois moins nocive ».

    Il n’y a pas plus de quelques jours, LeMonde.fr faisait écho à une baisse de 7,6% du tabagisme en 2013, majoritairement due à la e-cigarette, qui compte d’ailleurs maintenant plus de 2 millions d’utilisateurs réguliers.

    http://www.lemonde.fr/sante/article/2014/02/26/la-cigarette-electronique-fait-reculer-le-tabagisme-en-france_4373290_1651302.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *