Dégustation d’huîtres dans un port de Charente-Maritime en France, le 12 janvier 2012
© Fanny Virton Lavorel

 

 

La période des fêtes de fin d’année approche, et traditionnellement avec elle, les ventes d’huître explosent. Vous en trouverez sûrement dans votre assiette à Noël ou au Nouvel An. La France est le cinquième producteur mondial et le premier producteur européen de ce goûteux coquillage. Outre son incomparable saveur, appréciée depuis la préhistoire, l’huître possède des vertus à la fois nutritive et écologique.

La chair de l’huître est riche en vitamines, en oligo-éléments — notamment en phosphore et en fer —, mais aussi en protéine. Une douzaine d’huître remplace aisément un steak, et avec un apport calorifique bien plus léger ! La coquille d’huître n’est pas en reste non plus : très riche en calcium, elle est souvent valorisée sous forme broyée comme complément alimentaire pour les volailles ou pour enrichir les composts. Réfléchissez donc avant de les jeter !

Les huîtres sont aussi bonnes pour l’écologie. Elles contribuent notamment à la dépollution des eaux marines en filtrant entre deux et cinq litres d’eau par heure et en se nourrissant du phytoplancton qui s’y trouve. L’exemple de la baie de Chesapeake dans le Maryland aux Etats-Unis est une illustration célèbre de leur intérêt pour la qualité de l’eau. En outre, en grandissant, elles forment des récifs qui sont des refuges privilégiés pour de nombreuses espèces : elles sont donc également profitable à la biodiversité.

La culture d’huître est cependant touchée depuis plusieurs années par une baisse des rendements, due à une subite augmentation de la mortalité des jeunes huîtres. Du 28 au 2 novembre dernier à Arcachon, le premier congrès mondial de l’huître a rassemblé scientifiques, producteurs et industriels, pour trouver de nouvelles solutions durables à la culture et à la sauvegarde de ce fascinant coquillage.

« L’image de la quinzaine », un concept simple : tous les quinze jours, une image pour illustrer un sujet d’actualité brûlant, une info intéressante qui aurait pu vous échapper ou un simple coup de cœur à partager.

Excellente quinzaine à vous !

One thought on “IDLQ n°20 : « Reprendrez-vous des huîtres ? »

  1. Trés bonne nouvelle, car je rafolle des huitres et je compte bien en manger ces jours-ci !
    Par contre, leur prix augemnte chaque année plus vite que l’inflation ! c’est vrai que ce dernières années, il y eu pas mal de dégats dans les parcs !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *