Hier Nicolas Sarkozy a affirmé que le gouvernement maintenait son « opposition » à la culture du maïs OGM Monsanto sur le territoire français.

Dans le même temps la proposition de loi UMP visant à interdire de ressemer sa propre culture était adoptée.

Le domage causé à Mosanto en interdisant la culture du maîs 810 sur le territoire français a donc aussitôt été soulagé.

En effet, la liberté ancestrale de ressemer les graines de sa propre culture est désormais interdite, la tolérance accordée jusqu’à présent aux agriculteurs de produire leurs propres graines ne peut plus être d’usage aujourd’hui pour la majorité parlementaire.

Les agriculteurs devenant par conséquent entièrement dépendants du marché des semences, marché dont le leader mondial est Monsanto.

Être le propriétaire exclusif d’une graine c’est justement ce que reproche l’opinion publique au principe des OGM (ces mêmes OGM qui promettent de résoudre la faim dans le monde en revendant chaque année les mêmes semences aux plus pauvres).

Il y a certes le côté sanitaire qui est encore incertain concernant les OGM, mais c’est surtout le brevet sur le vivant qui doit être soulever aujourd’hui, écolo ou non.

Rappelons pour le plaisir que Nicolas Sarkozy posséde des actions chez Monsanto !

 

 

Etienne Issartial
Blogger et croqueur de carricatures 

( Sources : l’express.fr, lemonde.fr )

One thought on “Agriculture : Sarkozy et son double jeux avec Monsanto

  1. Très bonne caricature et mise en lumière de l’ambiguité des déclarations et actions politiques de notre Président. La ressemance de ses propres graines est effectivement ancestrale dans l’agriculture, et je ne suis pas sûre que cette industrie (ni la planète) puisse se permettre de telles reculées en ce moment. « Un pas en avant, deux en arrière »?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *